Films·Général·Saint-Netflix-Tout-Puissant·Venez BingWatcher

Death Note, la mort sur le bout des doigts

    Death Note est un manga, écrit par Tsugumi Oba et dessiné par Takeshi Obata et datant déjà de 2004. Amatrice de mangas depuis mon plus jeune âge, Death Note est resté mon manga préféré. L’intrigue débute sur la vie de Light Yagami, un jeune lycéen brillant et intelligent. Plutôt terre à terre, sa vie est très peu amusante, entre ses cours et sa famille, elle se résume bien vite. Il se destine à rentrer dans la police, étant imprégné de la notion de justice. Un jour, Light voit un cahier tombé du ciel. Intrigué il le ramasse, et lis ce qu’il contient: « La personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt ». Une blague de mauvais goût bien sûr. Mais dans un élan de curiosité, Light écrit les noms des criminels dont on parle à la télévision, ou qu’il croise dans la rue. Bizarrement, tous meurent quelques secondes après… Ce cahier semble vraiment tuer les gens ! Et s’il était un cadeau des Dieux ? Ou Light est-il tout simplement devenu le nouveau Dieu de ce monde ?

 

death note tombe aterre.gif

 

Le manga

 

    Même si j’adore beaucoup d’autres mangas, Death Note relève pour moi d’un talent inégalé et inégalable. Il n’est pas sans me faire penser au film Battle Royale (lui aussi un manga à la base), aux mangas King’s Game ou Doubt. L’idée d’un jeu autour de la mort, plus ou moins glauque, où les humains ont un pouvoir digne des Parques mythologiques. Death Note reste le maître en la matière. Empreint d’égocentrisme profond, Light s’assimile à une réincarnation de la justice (un peu à la manière de Dexter, sauf que ce dernier garde son humilité). Pire que cela, il se prend pour le Dieu justicier du « Nouveau Monde », celui qu’il crée de toute pièce (rien que ça!). Effectivement, le cahier qui lui appartient n’a rien de terrestre puisqu’il appartenait à l’origine à un Dieu de la Mort (les célèbres Shinigami japonais). Dans sa quête, Light décide de tuer tous les criminels en écrivant leurs noms dans son cahier. Vous pouvez choisir les circonstances de la mort, pourtant Light se contente d’écrire simplement le nom des criminels, entraînant ainsi une grande vague de morts par crise cardiaque, très suspecte aux yeux des polices internationales. Ces morts identiques et subites vont prouver aux yeux de tous l’existence d’un justicier, d’une force, d’un Dieu qui sévit dans l’ombre et qui ne tue que les criminels. Le meilleur détective du monde, L, se met alors en tête d’attraper ce faux-justicier, alors qu’il commence déjà à être adorer par les gens qui le surnomment Kira. Tantôt considéré comme un Dieu ou comme un criminel selon les points de vus, difficile de savoir où réside le bon sens ici. Light et L s’engagent donc dans un duel digne des Titans, afin de déterminer où réside la Justice dans ce monde.

 

death note je suis L

 

    Complètement captivant, l’intrigue joue beaucoup avec les différentes règles d’utilisation du cahier, dont Light va notamment se servir pour pouvoir échapper à la police. Dans ses délires mégalomanes, Light a même le culot de rentrer dans la police, et de lui-même faire semblant de poursuivre Kira… Je m’arrête sur les détails, mais l’ironie  du personnage et son assurance est bien présente ici. Malgré un immense pouvoir, le détective L ne sera pas en reste pour tenter de démasquer Kira ; beaucoup plus intelligent que la moyenne, son enquête sera loin d’être vaine.

 

death-note

 

Attention, SPOIL à venir

 

    Pour rentrer un peu plus dans l’histoire et ce que j’en ai pensé, il me semble que Near et Mello arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe. Dans l’histoire d’origine, L gagne son combat contre Light. Or dans le manga, Light réussi à tuer L en manipulant Rem, le Dieu de la Mort. Malgré tout, la suite du combat entre Mello, Near et Light tient largement la route, on a un bel aperçu de ce que serait le monde contrôlé par Kira qui est même devenu le chef de la police japonaise. Intouchable, Light pense ne jamais se faire démasquer et pouvoir poursuivre sa quête divine à jamais. Mais c’était sans compter sur les « successeurs » de L, qui poursuivent leur combat dans un monde rentré en adoration pour Kira, considéré bel et bien comme un Dieu

 

death note

 

   Mon personnage préféré est Ryûk, le Dieu de la Mort qui suit Light, et qui est à l’origine de tout ce foutoir. S’ennuyant au royaume des Dieux de la mort, il a volé un cahier à ses congénères pour le laisser tomber dans le monde des humains. Light n’a donc pas été choisi, il est simplement tombé sur le cahier en premier… Ryûk restera constant jusqu’à la fin, complètement incontrôlable et indépendant, Light ne pourra jamais se servir de lui à ses fins. Malgré des années passées ensemble, dans le manga comme dans les films, c’est Ryûk qui met fin aux jours de Light. En effet, au début du manga, il le prévient que si ça dernière issue est de faire appel à Ryûk pour s’en sortir, c’est qu’il a perdu, et que par conséquent, il écrirait lui-même son nom dans son cahier. Or quand Light se retrouve démasqué par Near, ayant abattu toutes ses cartes, sa dernière issue est de demandé de l’aide à Ryûk… Et celui ci s’en tient à ses anciennes paroles.

    Le personnage de Misa était tout simplement une horreur, je comprends bien son rôle d’adoratrice de Kira et éperdument amoureuse de Light, mais je trouve qu’elle aurait pu être tout de même un peu moins débile. Cette blondasse écervelée fait un peu tâche dans ce manga (oui, elle m’énerve beaucoup, je ne mâche pas mes mots)… Il y a pourtant des personnages « normaux » et drôles (Matsuda, L, même Ryûk est souvent très drôle) mais Misa est hors-catégorie (et même pas drôle dans sa débilité)(elle aurait au moins pu servir à ça quoi !), une vraie peste insupportable et inutile(enfin Light saura bien obligé de la rendre utile, contraint et forcé). S’en est très affligeant de la voir aux côtés de Kira et même dans la peau du deuxième Kira. A mon sens, c’est même elle qui fait plonger Light au début du manga, sans elle, il aurait sûrement pu convaincre L de son innocence…

 

death note misa la debile

 


L’animé

 

    L’animé suit très fidèlement le manga, c’est exactement la même histoire, avec des divergences très minimes. Je voulais juste faire une petite remarque sur le fait que l’animé est appréciable même aux gens qui détestent les dessins animés japonais dans le style de One Piece, où les images sont figées avec des plans qui restent fixes pendant une éternité… J’avoue que je m’en lasse beaucoup aussi ! Sur l’animé de Death Note, un effort considérable à été fait, c’est un dessin animé normal, qui se regarde aisément pour tout type de public (peut être éviter les enfants tout de même, je crois qu’il doit être déconseillé au moins de 10 ans, à vérifier). En tout cas, si vous voulez vous y mettre, activez vos neurones pour suivre !

 

death note anime

 


Les films

 

 Death Note / Death Note 2: the Last Name

 

death note affiches film

 

    Ces deux films sortis en 2006 se suivent. Ils racontent l’histoire de Death Note, et sont plus ou moins conformes au manga. En effet, beaucoup de détails cruciaux changent, et surtout la fin n’est pas la même, et pourtant j’aurais bien du mal à vous dire laquelle je préfère car les deux sont très bien pensées (après comme j’adore Mello, j’ai une minuscule préférence pour le manga, car il n’apparaît pas dans les films). On aurait pu croire que le film ait pris trop d’initiatives en se démarquant du manga, et pourtant, ces initiatives sont tellement bien menées qu’elles sont amplement satisfaisantes. A voir selon les goûts de chacun évidemment ! C’est toujours Ryûk qui met fin au jours de Light, mais L ne meurt pas (tout de suite), il gagne son combat en contrant la manipulation du Dieu de la Mort Rem par Kira. Il écrit lui-même son nom dans le cahier à l’échéance la plus longue (26 jours si je me souviens bien) ; ainsi quand Rem écrit son nom dans son cahier, cela n’a aucun effet.

    Dans l’ensemble ces films sont vraiment cool. On est pas trop embêté par le jeu d’acteur des japonais/coréens qui peut parfois être déroutant pour nous européens. Je trouve que Misa était bien moins exaspérante que dans le manga. Et surtout, le point non négligeable et certainement le plus important, les Dieux de la Mort sont EXTREMEMENT bien faits, en image de synthèse qui pètent le feu ! Un délice pour les yeux ! Je vous laisse admirer.

 

death nnote film
Ryûk
death note rem et misa
Rem

 

L: Change The World

    Ce troisième film est une sorte de spin-off qui suit les deux premiers, qui raconte ce que L fait des derniers jours qui lui reste à vivre. A défaut d’avoir suivit l’intrigue du manga où l’on rencontre Near et Mello, L finit dans ce troisième volet par rencontrer Near, un petit garçon aussi intelligent que lui, avec lequel il va tenter de sauver le monde d’un terrible virus mortel. Très loin de l’intrigue initiale de Death Note, j’ai néanmoins trouvé que ce film était une manière habile de raconter une nouvelle mort de L, en héros, et surtout en dehors du contexte de Death Note, ce qui n’était pas un mince affaire.

 


Ce que Netflix nous réserve…

    A venir pour la fin de l’été 2017, Netflix nous réserve une reprise à leur sauce. Je vous avoue que je suis mitigée par les choix du casting, surtout en ce qui concerne Light que je trouve bien loin du personnage (en me basant sur le trailer, donc à voir tout de même !). En revanche, le choix de Willem Dafoe pour jouer Ryûk est très judicieux, le meilleur qui soit je pense. J’espère pour eux qu’ils ont prévu d’assurer pour la représentation des Dieux de la mort, sinon c’est foutu d’avance (d’après les images déjà disponibles, il a l’air tout à fait acceptable dans son genre). J’ai hâte de voir s’ils se sont risqués à faire de petites divergences, par rapport, aux manga, films, animé… Je vous met le trailer pour patienter d’ici là ! Tout ça m’a l’air très américanisé en tout cas… C’est néanmoins sympa de la part de Netflix de vouloir faire connaître ce chef d’œuvre à tous les ignares qui ne le connaissent pas ! (humour ♥)

 

 

 

Le reste de mon commentaire

à venir le 25 août.

En attendant, prions les amis,

prions pour que ce film ne gâche pas tout !

 

death note fin

 

 

Signature Lucky

 

Publicités

Un commentaire sur “Death Note, la mort sur le bout des doigts

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s